defile entre terre et mer penmarch ouest france 14 3 2019

La nouvelle édition de l’incontournable défilé costumé de l’été penmarc’hais aura lieu dimanche 4 août 2019.

Au programme d’Entre terre et mer : défilé, fest-noz, le Birinik et l’artisanat local.

Par la voix de son trésorier, Miguel Rocher, l’association Penmarc’h entre terre et mer (Finistère) affiche sa volonté « de perpétuer la tradition, en ajoutant de la nouveauté ».

Ainsi, dimanche 4 août 2019, on retrouvera le défilé en costumes bigoudens, partant du phare d’Eckmühl à 17 h, en direction du port de Saint-Guénolé, pour s’y restaurer dès 19 h, puis profiter du fest-noz dès 21 h, au son de Bordemer et de Balafenn. L’apport festif supplémentaire de ces dernières années est maintenu, par la présence de la fanfare A bout de souffle de Douarnenez.

Montez à bord du Birinik

Deux nouveautés majeures vont compléter la fête : d’une part, un village d’artisans du pays (quinze places, réservées à ce jour) sera installé sur le port, pour montrer la créativité locale, et, d’autre part,en hommage au Birinik, train historique qui allait de Pont-I’Abbé à Saint-Guénolé jusqu’en 1963, un train touristique habillé spécialement par une créatrice basée à Penmarc’h accompagnera le cortège. ll sera possible, dès le matin, de l’emprunter sur un circuit côtier, entre Kérity et Saint-Pierre.

Offrir ce moment de convivialité et de souvenirs au plus grand nombre reste le moteur de l’association. « Le spectacle du défilé est un événement gratuit, rappelle Miguel Rocher. Nous pouvons financer la venue des groupes et la sécurisation, imposée, par les bénéfices des repas et de la buvette. »

Les adhésions à 15 €, au nombre de 115 aujourd’hui, donnant l’accès aux costumes, pour vivre le plaisir de défiler en beaux habits, permettent de subvenir aux frais d’entretien des vêtements.

Un appel à bénévoles

Pour le reste, c’est l’énergie des bénévoles.

Le trésorier lance un appel : « Comme l’an dernier, nous espérons l’aide de bonnes volontés pour sécuriser les accès au parcours. »

Tout au long de l’année, huit costumières sont à l’œuvre. Chacun peut les rejoindre lors des permanences du jeudi après-midi, de 14 à 17 h, au local dans l’ancienne Poste du 126, rue de la Joie. Entre nettoyage, restauration et formation à des techniques anciennes et nouvelles, le travail ne manque pas.

Mais cela donne une nouvelle raison d’être à Entre terre et mer : participer à la conservation du patrimoine du Pays bigouden. « On sait que, malheureusement, quand les maisons se vident, de beaux vêtements se perdent. Nous lançons un appel aux dons dans ce cadre, pour que les gens sachent que nous accueillerons et prendrons soin de ces costumes de nos anciens. »

Abonnez-vous
au bulletin de nouvelles :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.